Matango d’Ishiro Honda, l’analyse de M. Bobine

Si vous ne connaissez pas le film Matango, le nom de son réalisateur vous sera peut-être familier. En effet, il s’agit d’un film signé par le papa de Godzilla : Ishirō Honda !

Si vous êtes des habitués du Ciné-club de M. Bobine, alors vous avez probablement déjà entendu le nom d’Ishirō Honda dans une de nos vidéos. En effet, nous avions déjà évoqué les œuvres de ce réalisateur japonais au détour de nos épisodes consacré à Pacific Rim, Shin Godzilla, Jack Burton dans les griffes du mandarin ou encore House. Surtout connu pour ses films de monstres géants, les Kaiju Eiga, Ishirô Honda est aussi l’auteur de quelques pépites cinématographiques qui ne demandent qu’à être redécouvertes, parmi lesquelles Matango sortie en 1963. Le film raconte l’histoire de sept naufragés échoué sur une île mystérieuse qui vont devoir faire face à des monstres champignons. Bon.. dit comme ça, ça peut paraître improbable, et pourtant avec Matango, Honda livre l’un de ses meilleurs longs métrages, un véritable classique dont la noirceur aura marqué des générations de cinéastes. Comment une telle réussite a pu voir le jour ? C’est justement ce que nous allons essayer comprendre !

Et si vous souhaitez en savoir plus sur le papa de Godzilla, lisez donc la biographie de Fabien Mauro : Ishiro Honda: Humanisme monstre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.