Apocalypto de Mel Gibson : l’analyse de M. Bobine

Apocalypto est le 4ème film de Mel Gibson en tant que réalisateur. Mondialement connu depuis le premier Max Max en 1977 ainsi que pour ses rôles d’écorché vif, il a débuté cette seconde carrière sur le tard, en 1993, avec L’homme sans visage, un petit film visiblement conçu pour se faire la main. C’est alors que les choses sérieuses commencent. Désormais en confiance, il accède à la reconnaissance critique et publique en 1995 avec Braveheart. S’ensuit la Passion du Christ en 2004 qui lui rapportera autant de pognon que d’emmerdes, et enfin Apocalypto en 2006.

Au sommet de son art, Mel Gibson va convoquer l’esprit de Predator, Le dernier des Mohicans, The Blade, Conan le Barbare et Trop tard pour les héros pour nous livrer le survival le plus fou, dépaysant et immersif de la décennie, un film aussi brillant et cinglé que son réalisateur,  un pur film de genre et une expérience de cinéma total : Apocalypto.

Apocalypto est également un film très personnel et est, comme le reste de sa filmographie, un nouveau témoignage des angoisses et des pulsions autodestructrices de Mel Gibson ainsi que de ses rapports compliqués avec l’héritage de son paternel…

Apocalypto : l’analyse de Monsieur Bobine
Réalisation, voix, montage : Julien Pavageau
Écriture, recherche, montage : Cyril Rolland

Apocalypto :
Réalisé par Mel Gibson
Avec Rudy Youngblood, Raoul Trujillo, Dalia Hernández
Genre : Aventure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.