Les aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin, l’analyse de M. Bobine

A l’heure ou n’importe quel cinéaste un peu hype est vendu comme un visionnaire ayant accouché du nouveau 2001, l’Odyssée de l’espace, il est bon de se souvenir de ce qu’est un film vraiment visionnaire. Les Aventures de Jack Burton dans les Griffes du Mandarin à beau avoir été un échec à sa sortie, c’est pourtant une œuvre aussi iconoclaste et avant-gardiste que son réalisateur John Carpenter.

Avec le temps, cet hommage radical au cinéma asiatique est devenu un film culte qui a inspiré toute une génération de spectateurs et de cinéastes. Car pour Jack Burton, le réalisateur de The Thing a été le premier à mélanger l’univers des western de Howard Hawks avec des influences asiatiques comme le chef d’œuvre de Tsui Hark : Zu, les guerriers de la montagne magique, Godzilla d’Ishiro Honda ou encore la série des Baby Cart de Kenji Misumi.

Ainsi John Carpenter avait anticipé de plusieurs années, la réappropriation du cinéma asiatique par des cinéastes occidentaux. C’est par exemple le cas de Quentin Tarantino avec Kill Bill, de Guillermo Del Toro avec Pacific Rim, ou encore d’Edgar Wright et son Scott Pilgrim qui navigue entre cinéma le hong-kongais, le rock, le manga et surtout le jeux vidéo utilisé à des fins narratives.

De nos jours, ce sont surtout les sœurs Wachowski qui semblent être les principales héritières de la démarche avant-gardiste de Jack Burton. Si l’on pense d’abord à Speed Racer, c’est toute leur filmographie qui semble hantée par le film de John Carpenter.

Les Aventures de Jack Burton dans les Griffes du Mandarin : l’analyse de Monsieur Bobine
Réalisation, voix, montage : Julien Pavageau
Écriture, recherche : Yoan Orszulik

Les Aventures de Jack Burton dans les Griffes du Mandarin :
Réalisé par John Carpenter
Avec Kurt Russell, Kim Cattrall, Dennis Dun, James Hong, Victor Wong
Genre : aventure, fantastique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.