Meiko Kaji, la vengeuse, l’analyse de M. Bobine

Quel est le point commun entre une cheffe d’un gang de Yakuza pendant l’ère meiji, une meneuse de bande de jeunes filles en plein Tokyo des seventies, une prisonnière rebelle ou une déesse de la vengeance ? Elles sont toutes interprétées par Meiko Kaji, une actrice célèbre pour ses rôles dans des films comme The Blind Woman’s Curse, la série des Stray Cat Rock, la franchise de la Femme Scorpion ou encore des deux volets de Lady Snowblood.

Si l’actrice est une icône du cinéma japonais, elle est largement moins connues dans nos contrées. Pourtant, vous avez très certainement entendu sa voix puisqu’elle est l’interprète des chansons Flower of Carnage et Urami Bushi que l’on retrouve dans les deux volets de Kill Bill de Quentin Tarantino. Le réalisateur s’est d’ailleurs largement inspiré de la prestation de Meiko Kaji dans Lady Snowblood pour le combat final du premier volume de Kill Bill.

Meiko Kaji et Quentin Tarantino

Quentin Tarantino (aux anges) et Meiko Kaji

En 2021, c’est Karen Gillan qui se pare de la tenue légendaire de la Femme Scorpion de le film Bloody Milkshake. Une tenue qui n’est pas loin d’avoir le même impact sur la pop-culture que celle de Bruce Lee dans le Jeu de la Mort.

Et oui, avec son talent, son indépendance et son investissement, Meiko Kaji à su forger tout au long de sa carrière un personnage mythique, une vengeuse dont la modernité trouve encore des échos dans le cinéma d’aujourd’hui !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.